Organisation d’événements uniques à la cantine

La cantine est un outil autogéré et autofinancé à disposition de la collectivité. Elle n’est ni une structure programmatrice ni un lieu d’accueil au sens classique du terme. Elle met à disposition son espace, ses ressources humaines et matérielles dans les conditions dictées par sa charte

Les gens et l’espace

  • L’individu ou le collectif qui souhaite organiser un événement unique (ci dessous : l’organisateur/rice) a la responsabilité de l’intégrer d’une manière fluide au sein de la fourmilière d’activités et d’utilisateurs/rices de la Cantine. Ces derniers/ères aideront spontanément (toujours selon leur bon vouloir) si l’organisateur/rice arrive à générer une dynamique rassembleuse. Ceux/celles qui ne souhaitent pas participer à l’événement veillent toutefois à ne pas interférer à son bon déroulement.
  • Si l’organisateur/rice n’est pas membre de la Cantine, ille en trouve un·e (ou plusieurs) qui est motivé·e à l’aider. IIles forment ensemble « l’équipe » qui assumera la totalité de la coordination (agenda, communication, logistique, accueil des artistes et du public, technique, repas, bar, couchage). L’équipe doit obligatoirement être représentée lors d’une rencontre du jeudi (repas dès 18h), au plus tard celle qui précède l’événement.
  • La première chose indispensable est une bonne communication : plus il y a d’intermédiaires, plus c’est la merde. On préfère s’organiser directement avec les personnes qui seront sur scène (si il y a une scène). Il incombe à l’éventuel intermédiaire d’éviter les malentendus (en faisant lire ce mode d’emploi à ses protégé·e·s par exemple).
  • L’événement est inscrit dès que possible au tableau à l’entrée et simultanément sur l’agenda virtuel. On évite le cumul de plusieurs événements qui provoquerait une saturation de l’espace. On s’assure que les autres utilisateurs/rices de la maison ne sont pas gêné·e·s. On peut également proposer la fusion de certains événements (une représentation/conférence suivie d’un concert, par exemple). En cas de « conflit », le premier inscrit est prioritaire. On évite d’inscrire des événements plus de trois mois à l’avance.
  • L’équipe est responsable d’éviter les accidents, nuisances sonores et dégâts matériels pendant toute la durée de l’événement.

Le pognon

  • Les entrées, le bar et les éventuels repas publics sont obligatoirement à prix libre. la cantine n’assume aucune charge financière (bouffe, matos, défraiements,…)
  • Le partage des bénéfices est défini en amont de l’événement en concertation entre toutes les parties (en général : le chapeau pour les artistes, le bar partagé entre la cantine et l’organisateur/rice)
  • Si le chapeau fait défaut, l’équipe garantit le minimum aux artistes (en général, leurs frais de déplacement)
  • Les artistes consomment gratuitement au bar. En cas d’excès, l’équipe s’arrange avec eux pour limiter la consommation ou renflouer la caisse.
  • Tout éventuel déficit est à charge de l’organisateur.

La technique/logistique

  • Il n’y a pas de fiche technique ni de technicien·e pro à disposition. Il y a un peu de matos son et lumière. On se démerde avec les moyens du bord.
  • Le fonctionnement du bar est défini en amont de l’événement par l’équipe (achat de boissons, consignes, vaisselle et service). Les produits « maison », locaux et durables sont privilégiés.
  • L’équipe organise le repas en piochant à volonté dans les invendus, mais pas dans la réserve des membres (armoires vertes). Les membres et autres utilisateurs/rices qui souhaitent également manger le signalent et donnent un coup de main.
  • Le gaspillage, la vaisselle en plastique et les déchets sont évités au maximum.
  • Le dortoir et les 2 piaules à l’étage sont réservés en premier lieu aux artistes. Il est préférable de définir leur occupation avant le début de soirée. Les sacs de couchage restent la variante la plus pratique.
  • La remise en l’état initial des espaces est effectuée jusqu’au lendemain à midi.
Aller à la barre d’outils